Serge De Carli : élu président de la CAL

13 juillet 2020 | CAL

Élu à 32 voix contre 21 face au président sortant M. Christian Ariès, Serge De Carli devient le nouveau président de la communauté d’agglomération de Longwy.

Retrouvez ci-dessous son discours d’avant élection :

Monsieur le Président et chers collègues,
Nous y voici donc.
Oui, après un renouvellement des assemblées communales de nos villes, consécutif à l’élection municipale du 15 mars puis du 28 juin dernier, dans des conditions absolument inédites, ceci en lien avec une crise sanitaire non moins inédite et historique, nous voici donc rassemblés pour élire le nouvel exécutif de notre intercommunalité pour le mandat qui s’annonce, 2020-2026.
Le choix qui va s’opérer dans quelques instants est important au regard des compétences acquises ou à venir mais aussi, et surtout, à mon sens, à celui des enjeux de notre territoire que ce soit dans le domaine économique, culturel, transfrontalier, dans celui de la mobilité ou de la gestion de l’eau ou encore de la transition écologique.
Ce qui précède, allié au fait qu’il s’agit d’une élection au second degré , dans un contexte d’abstention record lors du scrutin municipal qui nous a portés, les uns et les autres à nous retrouver, ici, délégués communautaires, doit appeler de nous tous à la fois la plus grande humilité mais aussi la plus grande responsabilité. En effet, l’enjeu de ce soir concerne l’avenir de notre agglomération comme celui de l’ensemble de ses habitants. C’est d’eux dont il s’agit et de rien d’autre !
Je dis cela car, les propos tenus, ici ou là, car les écrits via la presse locale, via les réseaux sociaux, ceci depuis des semaines, pourraient laisser penser que nous sommes en guerre et que nous allons vivre une tragédie ou un psychodrame en ce vendredi 10 juillet.
Je rassure tout le monde, il n’en sera rien, je ne suis personnellement animé par aucun sentiment belliqueux à l’égard de qui que ce soit mais uniquement par la volonté de me rendre utile et d’être au service de nos habitants ce qui, somme toute, est la mission première des élus de la République.
L’intercommunalité, ou plutôt la coopération intercommunale, est une idée noble puisqu’elle définit l’objectif que l’union fait la force ou encore qu’ensemble, nous pouvons réaliser des actions communes dont les résultats seront plus favorables et substantiels que si nous étions seuls.
Cette définition implique que chacun de ses membres soit en capacité d’écouter, d’entendre, de respecter l’autre pour prioriser l’intérêt général, loin des contingences politiciennes……
Cette obligation est particulièrement vraie pour notre communauté d’agglomération puisqu’en son sein n’émerge aucune majorité politique, chacun peut le vérifier.
Je l’ai écrit récemment dans une lettre d’intention de candidature que je vous ai adressée, l’absence de majorité politique appelle de notre part, à tous, une capacité affirmée de nous rassembler en priorisant les compétences pour porter très loin notre territoire.
Cette façon de faire de la politique me convient puisqu’elle correspond à une démarche que je porte depuis plus de 15 ans maintenant, dans diverses responsabilités, municipales d’abord, départementales ensuite, à la tête d’un syndicat de transport enfin, avec des résultats visibles de tous.
J’ai donc l’intention, si vous m’en donnez la possibilité, de faire de même au sein de notre assemblée. Oui, je suis candidat à la présidence de la CAL ! La démocratie permet cela, de proposer au citoyen des options différentes et ce n’est pas un crime, c’est une chance !
Dès l’été 2019, j’ai travaillé en tirant enseignement des 5 années écoulées pour prioriser un certain nombre de questions qu’il me semble nécessaire d’investiguer ou d’approfondir. Ainsi, le développement économique, la culture, la mobilité, les services aux communes, la sécurité, les ressources humaines, la gestion de l’eau, le fait frontalier, entre autres, font partie de cette introspection.
J’y ajoute la volonté de voir s’installer, dans notre intercommunalité, une gouvernance plus collégiale, moins intrusive, favorisant, partout, et toujours, débat et prise de décisions après large concertation. Si la politique est de la responsabilité des élus, sa mise en œuvre dépend fortement de l’appareil administratif, financier et technique, constitué par nos agents territoriaux, ici, à la médiathèque, à la maison de la formation ou encore dans nos piscines. Il est donc impératif que la relation entre élus et agents, forte d’écoute, de respect et de bienveillance, puisse engendrer engagement efficient de tous pour la concrétisation des décisions prises.
Oui, si vous le voulez, je serai un président attentif à faire vivre pleinement, en toute liberté, les différentes délégations portées par les vice-présidents ce qui signifie que si, évidemment, la loyauté est de mise, la liberté de parole et de point de vue est permise, heureusement. Ce que j’ai défendu pour moi-même, je le revendique pour les autres.
Tout ce qui précède se trouve exprimé dans un écrit, sous forme d’un document intitulé « CAL 2020-Envie de territoire », que j’ai transmis à chacun d’entre vous, en octobre 2019, voici déjà 10 mois, et qui trace un certain nombre de pistes de réflexion pour demain. Comme je vous l’ai dit, lorsque je me suis rendu à votre rencontre, d’abord fin 2019-début 2020, puis dans les semaines qui viennent de s’écouler, ce document n’est pas à prendre ou à laisser, il est à modifier, à amender. De mon point de vue, il a le mérite d’exister et il vaut engagement de ma part.
Je ne suis candidat d’aucun parti politique ou groupe de pression, je ne suis le candidat de personne, élu parmi les élus à égalité de droit et de devoir, j’affirme ma volonté de mettre toute mon énergie, toutes mes compétences pour servir au mieux l’ensemble de nos habitants, qu’ils résident dans des communes petites, moyennes ou plus importantes, rurales ou urbaines.
Je le ferai avec la vigilance d’une bonne utilisation des deniers publics, en veillant, à la fois, à ne privilégier aucun secteur particulier de notre territoire et, concomitamment, à n’en oublier aucun.
C’est la raison pour laquelle le bureau que je suis en mesure de vous proposer correspond à cette réalité d’un rassemblement autour de la démarche que je porte, avec une juste représentation des villes centre qui portent bon nombre de services à la population, apportent de la taxe et participent à la solidarité, Longwy faisant évidemment partie de celles-ci, mais aussi des communes rurales constitutives d’un véritable marqueur de notre agglomération. C’est important.
Voilà, chers collègues, ce que je voulais rappeler ce soir. Nous sommes, en quelque sorte, à une croisée des chemins, le choix vous appartient.
Certains diront que le scénario qui vous est proposé : deux candidatures, celle de Christian Ariès et la mienne, est le même qu’en 2014……
Personnellement, je considère que cette affirmation n’est pas tout-à-fait vraie car, confrontée à la réalité, elle doit être modulée par le fait que 6 années se sont écoulées, l’un des candidats étant président sortant, l’autre pas. Ainsi, avec le respect dû à toute personne, chacun, aujourd’hui, peut sereinement analyser et tirer enseignement de cette période écoulée.
Chers collègues, dans de nombreux domaines de la vie, pour que la réussite soit au bout du chemin, celle-ci doit être appelée, encouragée, accompagnée, soutenue, par un vecteur indispensable à son épanouissement.
Ce vecteur se résume en un mot, un mot-clé……
Ce mot-clé, c’est le mot « CONFIANCE » !
Je vous remercie de votre attention…….
Serge DE CARLI
Maire de Mont-Saint-Martin

 

Galerie Photo

* Tous les logos, visuels, images, photos ou textes sont la propriété exclusive de la ville de Mont-Saint-Martin ils ne peuvent être utilisés sans permission. Toute adaptation ou utilisation d'extrait de ce site internet sans autorisation écrite entraîneras des sanctions adaptées.

Catégories

Archives

Taille du texte
X