Avant la démolition de l‘église du Plateau, à  la mi-janvier, le diocèse ainsi que la municipalité ont souhaité, ce mercredi 18 décembre faire le point sur le renouveau envisagé.
L‘église Notre-Dame-de-l‘Asomption a été construite en 1959. L‘édifice a mal vieilli en raison d‘infiltration d‘eau liée à  un défaut de toiture et à  des problèmes de structures. C‘est pourquoi elle n‘est plus utilisée pour les cérémonies religieuses depuis 2010. Robert Marchal, vicaire épiscopal, a souhaité souligner que : « Le secteur pastoral du Pays-Haut est composé de sept paroisses et compte à  lui seul 64 églises. Du fait que la plupart, ont été construites après 1905, soit après la loi de la séparation des églises et de l‘Etat, elles sont entièrement à  la charge des paroisses. Dès 2010, l‘évêché a créé une commission pour étudier toutes les possibilités et consulter l‘ensemble des paroissiens concernant ce lieu de culte. Il a été décidé la déconstruction et la construction d‘une Maison Pastorale ». Les travaux de démolition se termineront pour la fin février et les travaux à  l‘emplacement débuteront au printemps pour une durée de 8 mois. « Ce lieu aura une superficie de 410 m². Elle comprendra une chapelle, des salles de réunions et des vitraux en dalles de verre signés Gillen de l‘église du Plateau, orneront la future Maison » a souligné l‘abbé Jean François Amiot. Pour le maire, Serge De Carli, la ville n‘est pas partie prenante dans cette opération. Elle a un rôle d‘accompagnement pour que ce nouveau bâtiment s‘intègre au mieux à  l‘urbanisme du quartier.

Taille du texte
X